}
Face au Cancer
Ouvrir une sessionX
»Mot de passe oublié?
Vous n'êtes pas membre? S'inscrire
Articles et information

En route vers le bien-être

Sujet : Diagnostic et traitements, Exercice, La vie après les traitements

Par Ylva Van Buuren

Le soleil de cette fin de printemps envahit le paysage avec la chaleur promise de l’été au moment où Joanne Nevison sort se promener dans le parc. Elle prend une profonde respiration, se remplit les poumons du parfum musqué de la terre humide et l’arôme sucré des premières pousses. Joanne marche avec un but précis. Elle se sent bien et, en apercevant un rouge-gorge dodu dans l’arbre près de la route, elle se dit que c’est une journée magnifique.

Joanne, 49 ans, a appris qu’elle avait un cancer du sein au stade III. La radiation, la chimiothérapie et la chirurgie ont laissé la place à une chimiothérapie encore plus agressive, et certains jours elle se sent mieux que d’autres. Il y a pourtant une chose qu’elle essaie de ne pas manquer :marcher. C’est ce qui lui permet de sortir de chez elle et de s’ouvrir au monde. « Marcher me sert de pilier » dit Joanne, qui est célibataire et possède une imprimerie. « Parfois je me balade dans mon quartier et d’autres fois je parcours les ravins près de chez moi. Même si je me sens mal, je me vide l’esprit en marchant. Et vous savez quoi? De cette façon, j’ai l’impression d’avoir le contrôle de ma vie, que je suis une personne comme tout le monde qui pratique un peu de sport. »

Joanne a eu une excellente idée. Marcher est l’une des stratégies les plus prometteuses pour se sentir mieux dans sa peau pour les personnes atteintes d’un cancer, au fur et à mesure qu’elles subissent les traitements et lorsqu’elles reprennent leurs vies après les traitements. Les recherches ont également révélé que cet exercice peut minimiser les effets du traitement contre le cancer et jouer un role bénéfique à long terme sur la santé. Les preuves les plus irréfutables montrent que marcher régulièrement contribue également à améliorer l’estime de soi, car pratiquer un exercice durant cette épreuve produit un sentiment de contrôle, de normalité et de réalisation.

« Si vous restez aussi actif que possible lors d’un traitement contre le cancer, vous vous sentirez mieux tant sur le plan physique que psychologique, et vous tolérerez mieux les effets des traitements », affirme le Dr Roanne Segal, oncologue médical du centre de cancérologie de l’hôpital d’Ottawa (TOHCC) et professeur agrégé de médecine à l’université d’Ottawa, qui anime le développement du programme de réadaptation oncologique au TOHCC. Le programme fournit aussi bien des équipements de conditionnement physique que des plans personnalisés et il favorise la marche rapide « car c’est un exercice d’aérobie sans danger, commode, qui convient à la plupart des personnes et maintient la condition physique ou l’améliore », déclare-t-il. •

La marche consciente
La marche consciente est une forme méditative d’activité qui vous permet de vous ressourcer, loin des soucis et du stress

  • Philip Starkman, un psychothérapeute et conseiller à Toronto qui anime les ateliers et les retraites de méditation, explique que notreesprit demeure normalement dans le passé ou l’avenir; la marcheméditative nous aide à le garder dans le présent. « Si vous vousentraînez à rester dans le moment présent grâce à la méditationrégulière », déclare Philip, « il sera alors possible de travailler sur votre peur et votre anxiété. »
  • « La marche consciente signifie marcher en toute conscience,explique Philip. Essayez de marcher lentement et concentrez-vous sur le mouvement de vos pieds, en levant un pied et en le posant devant l’autre. Vous pouvez aussi coordonner le mouvement de vos pieds avec votre respiration : inspirez profondément en levant votre pied, expirez tout en le posant. »
  • Marchez dans un endroit où vous vous sentez en sécurité et en paix.Certains trouvent cet endroit dans la nature, dans un parc, le long d’un sentier de randonnées ou près de l’eau. Un autre endroit où vous pouvez marcher consciemment est dans un labyrinthe, soit une grande surface circulaire faite par l’homme avec un sentier sinueux unique qui mène de l’entrée au centre. Vous trouverez des labyrinthes de marche dans des parcs publics, des jardins privés et dans les propriétés des églises. Pour savoir où trouver un labyrinth près de chez vous, consulter www.labyrinthenwork.ca/links.htm.

Marchez en toute sécurité

  • Investissez dans de bonnes chaussures de marche et dans des vêtements confortables.
  • Planifiez votre trajet pour inclure des sentiers de randonnées dans des parcs bien fréquentés et ne marchez jamais seule la nuit.
  • Gardez toujours sur vous vos papiers d’identité et un téléphone cellulaire si vous en avez un.
  • N’oubliez pas votre écran solaire, et protégez-vous du soleil et du froid.
  • Prenez de l’eau et une barre énergétique.
  • Écoutez votre corps et arrêtez-vous si vous vous sentez mal.

Rx Marchez régulièrement

  • Dans une étude publiée dans le numéro d’août 2008 du Journal of Clinical Oncology, on révèle que les femmes qui sont traitées pour un cancer du sein peuvent améliorer considérablement leur chance de survie simplement en faisant de l’exercice, soit au moins deux à trois heures de marche rapide par semaine. « Avec deux à trois heures de marche rapide, on assiste à une réduction de 67 % de décès, » affirme la Dr Melinda L. Irwin, professeure agrégée d’épidémiologie et de santé publique à l’école de médecine de Yale à New Haven dans le Connecticut, qui a participé à l’étude. L’un des messages clés de Mélinda est le suivant : Il faut pratiquer une activité régulière, même une simple marche de 15 minutes, tous les jours.
  • Dans un essai repère canadien publié dans le numéro d’octobre 2007 du Journal of Clinical Oncology, on révèle qu’une femme qui pratique de l’exercice améliore sa confiance en elle, ainsi que les taux de réussite de la chimiothérapie et sa forme physique générale, declare Kerry Coureya, auteure principale de l’étude. En fonction du type d’exercice, les participantes peuvent choisir de se muscler, se tonifier ou prévenir la prise de poids.
← préc.